20 septembre 2018

 

Allo Nem Marseille

   04 91 77 77 77 

 


6928 visiteurs
7440 pages vues
Google

Pour commander le livre :              

STOCKS EPUISE !

En commandant sur le net

     vous avez une remise de 25 %                

 

 

 

 Peut-on mourir de chagrin ? « Oui ! » a répondu l’enfant.

Il aura tout essayé pour échapper à l’Enfer de son pensionnat. Le troc de ses repas à la cantine contre une astuce pour avoir une crise d’appendicite. La mise à exécution de son impensable suicide à 8 ans, jusqu’à son évasion de sa « prison » en parcourant à pied et en tenue légère 25 km dans le froid glacial de l’hiver.Son choc émotionnel, fécondera l’inattendue et l’implacable sentence : Le petit Guy-Ange deviendra le petit Bègue !

Il vivra son calvaire tout seul, sans rien dire -et pour cause- jusqu’à l’âge de 17 ans où, au bout de ses forces, le bélier bègue, timide, hyper-pudique mais pragmatique, expérimentera un incroyable contre-choc, une véritable thérapie nucléaire : se faire violence en s’obligeant à jouer la comédie, tout nu devant un public !La ruse fonctionnera parfaitement, avec cependant une condition sine qua non :  Rester toute sa vie en situation d’Acteur !

Etant donné la difficulté de son stratagème, le simulateur s’inclinera très vite devant les portes fermées de « la grande famille ô combien privée du cinéma» en concevant toutefois une nouvelle stratégie: "puisque sans relationnel il est quasiment impossible de devenir comédien devant une caméra, pour ma survie verbale, tel le clown cachant sa timidité derrière son gros nez rouge,   je vais devenir « Acteur sans caméra » sur la scène de mes vies professionnelles !"

Débute alors un parcours ahurissant où il enchaînera plus de 50 « rôles » dont : valet de chambre chez Philippe Bouvard, animatrice sur minitel rose, nurse, super Policier du G.I.P.N, véritable acteur dans « Taxi 1…Sous le soleil…Stress…Destiny », cuisinier chez Jean-Pierre Foucault, Alice Dona, Carlos et bien d’autres encore.

Ce livre autobiographique est aussi le cri d’injustice d’un homme qui a cru pouvoir à la fois suivre son étoile  et préserver son Amour. Un mea culpa sur l’égoïsme masculin, une acceptation de ses responsabilités avec cependant son mot à dire sur « la punition ».

                                Peut-on mourir de chagrin ? « Oui ! » répond l’adulte à sa Femme du bac à sable…